ECONYL : nylon régénéré et régénérable

Le nylon a été la première fibre synthétique au monde. Elle est née d'une nécessité : avoir une alternative à la soie chinoise, très chère et dépendante de l'exportation. En 1940, les bas en nylon ont fait leurs débuts, une fibre synthétique solide, élastique et fine avec un coût de production très bas qui a changé l'industrie de la mode.

Le problème des fibres synthétiques

Environ 8 milliards de barils de pétrole sont utilisés pour produire des matériaux synthétiques - tels que le nylon et le polyester - chaque année. Ces produits mettent également des siècles à se décomposer. Par exemple, pour produire un simple T-shirt en coton, jusqu'à 2700 litres d'eau sont absorbés. Ces chiffres, appliqués à l'ensemble du secteur de la mode, entraînent une pollution équivalente à près de 10 % des émissions mondiales. Cela place l'industrie de la mode en deuxième position des secteurs les plus polluants au monde, précédée seulement par l'industrie pétrolière. Par exemple, selon le Textile Exchange, 5,4 millions de mètres de polyamide ont été produits en 2018. Le polyamide est un matériau très difficile à recycler, comparé, par exemple, au polyester. Comme le souligne également une étude de la Fondation Ellen Macarthur, si nous n'agissons pas rapidement pour changer les choses dans ce domaine, il entraînera 26 % des émissions mondiales de CO2 d'ici à 2050.

Aquafil et nylon régénéré

L'étape la plus logique, au lieu de continuer à prélever des matières premières sur la planète, est de réutiliser ce qui est déjà là, les déchets, en leur donnant une seconde vie et en créant ainsi un système véritablement circulaire et régénérateur.

Dans le secteur de la production du nylon, Aquafil est un leader mondial. Il s'agit d'une entreprise chimique italienne, basée à Arco, dans le Trentin. Depuis 2007, elle s'efforce de trouver une alternative au nylon tel que nous le connaissons. Ainsi, en 2011, est né Econyl, un fil 100% régénéré et régénérable. C'est un matériau qui récupère les déchets textiles pré et post-consommation et surtout qui réutilise les filets de pêche désaffectés, trouvés dans les océans et sur les plages.

Les filets de pêche, en effet, sont une énorme source de nylon, mais aussi de pollution, si l'on considère qu'un rapport de Greenpeace montre que plus de 640 mille tonnes de plastique dans les océans ne sont que du matériel de pêche - sur un total de 8 millions de tonnes par an. Ce constat fut le point de départ d’Aquafil pour créer un programme de collecte, qui comprend également des partenariats avec diverses entreprises, qui aident à récupérer, non seulement les filets de pêche, mais aussi d'autres matériaux, à partir desquels on produit ensuite du nylon régénéré.

"Econyl est un produit qui respecte l'environnement, car il ne prend rien à l'environnement.

Grâce à des processus chimiques et mécaniques, nous sommes en mesure de récupérer et de régénérer le nylon présent dans certains types de déchets, tels que les filets de pêche, les tapis et d'autres déchets, et de le rendre prêt pour de nouvelles utilisations presque infinies."

- Giulio Bonazzi, PDG d'Aquafil

Le processus de régénération

Grâce au soutien et à la collaboration des entreprises, la première étape du processus de refabrication consiste à récupérer et à nettoyer les déchets de nylon, accumulés dans les décharges et les océans du monde entier. Ensuite, le matériau récupéré est régénéré par des processus chimiques et mécaniques spécifiques. Le résultat est un fil Econyl destiné aux industries de l'habillement, des tapis et des revêtements de sol, créant ainsi des produits entièrement nouveaux. Grâce à ce processus en boucle fermée, le nylon récupéré peut être recyclé indéfiniment, sans jamais perdre ses qualités. Un véritable exemple d'économie circulaire.

 

Réalisations

Les océans fournissent 70% de l'oxygène que nous respirons, tout en bloquant 30% des émissions de carbone de la planète. Ils sont les poumons de la planète et doivent donc être protégés.

Grâce au projet d'Aquafil, pour chaque 10 000 tonnes d'Econyl brut, 70 000 barils de pétrole brut peuvent être évités, ce qui permet d'éviter 65 100 tonnes d'émissions de CO2. Ainsi, l'impact du nylon sur le réchauffement de la planète peut être réduit jusqu'à 90%.

Une de nos importantes réalisations est que le rapport de durabilité d'Aquafil a été sélectionné comme l'un des 40 meilleurs selon le Future Respect Index 2019 de ConsumerLab. Cela souligne grandement l'importance de la transparence et du respect de l'environnement.

De nombreuses grandes marques se rallient également à ce changement de cap. Des marques comme Stella Mc Cartney - qui à partir de 2021 a annoncé qu'elle n'utiliserait que du nylon régénéré, en s'appuyant précisément sur Econyl - ont décidé d'abandonner progressivement les modes de production et donc de pollution suivis jusqu'à présent. La même chose sera faite par Prada, qui, depuis le début, a basé sa marque historique sur des produits en nylon et qui est en train de mettre en œuvre un grand changement dans le secteur de la mode de luxe.

 

Comme le dit Giulio Bonazzi, PDG d'Aquafil : "Tant que nous n'admettrions pas nos erreurs, nous ne changerons pas". En fait, la première étape est de prendre conscience que nous devons changer et nous améliorer, pour réduire les dommages occasionnés jusqu'à présent et ne pas en engendrer de nouveaux.

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_BE
Scroll to Top