La nature de plus près

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube's privacy policy.
Learn more

Load video

La Journée mondiale de l'environnement, proclamée pour la première fois en 1972 par l'Assemblée générale des Nations unies, est une fête qui vise à encourager la sensibilisation et l'action active en faveur de l'environnement mondial.

En ce jour important, l'ONU a décidé de choisir un projet qui exprime cette nécessité de plus en plus urgente. Le projet en question est celui de Francesca Perpetuini, Abruzzaise de 25 ans, Visual Designer et ancienne élève de Fabrica, le centre de recherche en communication du groupe Benetton.

Il s'agit d'un projet photographique, créé en 2020 pour l'exposition "We Are Facts" de Fabrica, qui nous invite à réfléchir sur la façon dont les ressources naturelles sont perçues et, surtout, sur ce que la durabilité signifie vraiment pour nous.

"Votre perception est la clé pour définir le monde dans lequel vous vivez. Lorsqu'il s'agit de questions climatiques et de durabilité, il est crucial de réfléchir au rôle de nos sens et à la manière dont ils contribuent à créer la réalité.

L'attention est une condition nécessaire à une perception consciente:

Une lecture rapide et facile des choses, même si elle est cohérente avec l'attitude de la culture numérique frénétique, mondialisée et ultra connectée, nous conduit à percevoir notre environnement de manière distraite.

Au contraire, une lecture profonde et plus complexe des choses est un processus lent mais nécessaire qui peut potentiellement mener à une action positive.

Dans cette exposition, vous êtes invités à réfléchir à la façon dont vous percevez les ressources naturelles et à ce que la durabilité signifie pour vous. Ces cadrages sur la nature peuvent vous permettre de mieux comprendre la façon dont le monde actuel est construit et vous faire réfléchir à sa relation avec une conception durable."

"Malheureusement, parfois notre esprit nous joue des tours et nous laisse voir uniquement ce à quoi nous voulons croire. Par exemple, vous venez de croire que ces cadres représentaient des détails de la nature, mais ce sont en fait des détails de... déchets!

Vous avez été trompé!

En fait, vous n'êtes pas seul : les gros plans de ces images sont le reflet de notre vision fermée. Nous évitons de remettre en question nos propres suppositions parce que c'est plus facile.

L'espace dans lequel nous pensons vivre n'est finalement qu'une illusion.

Nous nous concentrons sur les détails de notre vie mais ils nous empêchent d'être activement conscients de tout le reste. Afin d'améliorer la production collaborative de connaissances sur la migration liée au changement climatique, il est nécessaire de garder à l'esprit une vue d'ensemble.

C'est la raison pour laquelle la seule façon de contribuer à la création d'un monde durable est la réflexion sur nos sens. Comprendre que nous co-créons le monde dans lequel nous vivons peut nous amener à agir pour une réalité durable."

Laissez un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_BE
Scroll to Top